Millennials : des acquéreurs plus optimistes et adeptes d’une recherche immobilière qui combine digital et humain

Paris, France, 4 avril 2019

L’immobilier a la cote auprès des millennials selon la dernière étude Logic-Immo publiée via son Observatoire du Moral Immobilier. En effet, ce décryptage de la psychologie des futurs acquéreurs de moins de 35 ans révèle qu’ils occupent une place à part dans la dynamique actuelle du marché immobilier. Aussi, en 2019, 41 % des porteurs d’un projet d’achat immobilier appartiennent à la génération millennials.

Afin de prendre le pouls de ces porteurs de projet Logic-Immo a interrogé plus de 2000 futurs acquéreurs âgés de moins de 35 ans et ayant un projet d’achat immobilier dans l’année. Comment perçoivent-ils le marché immobilier en de ce début d’année ? Quelle est la typologie de leurs projets immobiliers ?

« Au travers de nos études nous savons que les acquéreurs millennials adoptent, d’une manière générale, un regard plus optimiste sur le marché immobilier que les autres générations d’acquéreurs immobiliers. Il s’agit davantage d’acquéreurs opportunistes mais très attentifs quant au respect de leur capacité d’emprunt » résume Mathilde Voegtlé, Responsable Etudes chez Logic-Immo.


Près d’1 acheteur immobilier sur 4 est un millennial

Egalement désignés comme étant la Génération Y, les millennials regroupent l'ensemble des personnes nées entre 1980 et l'an 2000. Identifiés par des caractéristiques sociologiques et comportementales propres, ils représentent désormais 41% des futurs acheteurs immobiliers en France en ce début d’année 2019.


Pour 7 futurs acquéreurs millennials sur 10 c’est le moment d’acheter
 

L’étude révèle que les millennials porteurs d’un projet immobilier sont plus enthousiastes que les autres populations d’acquéreurs. Ils sont 70% à penser que c'est le bon moment pour acheter un bien immobilier (vs 65% pour les autres générations).

Ces jeunes futurs acquéreurs sont également plus nombreux à considérer qu’il est facile d’acheter (45% vs 40%) et perçoivent davantage une stabilisation du niveau de vie en France pour les 6 prochains mois (58% vs 50%).

Un enthousiasme certain qui n’empêche pas un opportunisme accentué chez les millennials

Si les millennials affichent un moral au beau fixe, ceci n’empêche pas ces derniers de faire preuve d’un certain opportunisme.

Ainsi, 38% des futurs acquéreurs de moins de 35 ans disent attendre la bonne affaire avant de se lancer (contre 31% chez les autres populations d’acheteurs).

Les millennials avouent également être un peu moins attentifs à l'environnement du bien que les autres générations (34% vs 42%).

Parmi les éléments à l’origine de leur projet d’achat, les millennials se disent tout particulièrement motivés par le souhait de devenir propriétaire et de commencer à se constituer un patrimoine (58% vs 23%).

En deuxième lieu arrivent les taux d'intérêt jugés attractifs (39% vs 28%). Enfin, les millennials citent un changement dans leur situation personnelle (27% vs 24%) ou professionnelle (23% vs  18%).

Qui sont ces acquéreurs millennials en ce début 2019 ?

L’étude de l’Observatoire du Moral Immobilier dresse un portrait de ces acquéreurs de moins de 35 ans en France. Il en ressort qu’ils sont davantage actifs (93% vs 77% pour le reste des futurs acheteurs) et vivent dans des foyers de plus grande taille que les autres populations d’acheteurs (70 % vivent dans un foyer de 3 personnes ou plus contre 61% chez les autres typologies d’acquéreurs).

Les millennials sont davantage des primo-accédants (66% vs 24%) vivant en Province à 83% (contre 69% pour le reste des acquéreurs en France).

Plus que les autres générations, ces jeunes acheteurs portent un projet d'achat de résidence principale (82% vs 77%) en ont davantage recours à un prêt immobilier (92% vs 71%). Les millennials sont également plus nombreux à s’identifier comme éligibles au prêt à taux zéro (26% vs 11%).

Les millennials perçoivent davantage une tension du marché immobilier

Les candidats à l’accession immobilière de moins de 35 ans sont confrontés à la pénurie de biens répondant à leurs attentes. Ce phénomène est encore plus marqué que chez les autres générations. Ainsi, chez les millennials les freins à leur projet sont :

  • La difficulté de trouver un bien qui leur convienne (78% contre 70% chez les autres populations d’acheteurs)
  • Le choix limité de biens disponibles (65% vs 59%)
  • Les biens qui les intéressent partent trop vite (27% vs 23%)
  • Des offres d'achat qui n'ont pas abouti (20% vs 14%)

Ainsi,  les millennials ressentent – encore plus que les autres générations - le phénomène de 'tension" du marché. En effet, 57% des futurs acquéreurs millennials considèrent qu'il y a plus d'acheteurs que de vendeurs dans leur zone de recherche contre 53% pour le reste des acquéreurs.

Plus contraints dans leur budget, les millennials démarrent leur recherche immobilière par l’étude de leur pouvoir d’achat immobilier

Les millennials porteurs d’un projet d’achat immobilier sont également plus contraints par leur budget et capacité d'emprunt. Leur enveloppe  est plus restreinte que celle des autres populations d’acquéreurs.
Près de la moitié disposent d’un budget inférieur à 200k€ (49% vs 36%). Mais encore, près de 3 sur 4 n’excèdent pas les 300 k€ pour le budget prévu à la concrétisation de leur projet d’achat (72% vs 58%).

A noter que, leur première démarche est d'abord de définir leur capacité d'emprunt et budget (42% vs 26%) tandis que, inversement, les autres générations commencent par définir leur périmètre géographique (33% chez les 35 ans ou plus vs 29% chez les - 35 ans). Puis en troisième étape, vient - comme chez les autres acheteurs - la détermination des caractéristiques du futur habitat (superficie, nombre de pièces / chambres, présence d'un garage, terrain, étage, etc.), démarche citée par 18% des millennials contre 25% chez les autres populations d’acquéreurs.

A noter que les millennials font preuve de souplesse. Comme les autres générations, ils sont enclins à faire des concessions sur la surface du bien (43%). Mais là où ils se différencient vraiment c’est que les millennials sont plus enclins que les 35 ans ou plus à faire des concessions sur la localisation de leur bien (34% vs 25%) qu'à faire des concessions sur le prix (22% vs 24%). A l'avenir,  ils redoutent autant des prix trop élevés sur le marché (65% vs 56%) qu'une absence de biens correspondant à leurs attentes (68% vs 74%)   

Recherche immobilière : les millennials apprécient le digital mais n’excluent pas l’accompagnement humain

Concernant l’organisation de leur recherche immobilière, les acquéreurs de moins de 35 ans se montrent davantage attirés par les outils digitaux.

  • 88% des millennials porteurs d’un projet ont visité au moins un site d’annonces immobilières pendant leur recherche (vs 84% des 35 ans et plus)
  • 57% des millennials ont trouvé leur bien sur Internet (vs 51% pour les autres populations d’acquéreurs).

Mais cette attirance pour le digital n’exclue pas l’accompagnement d’un professionnel de l’immobilier pour faire aboutir leur projet. 

En effet, 77% des acheteurs de moins de 35 ans ont acheté en passant par un professionnel de l'immobilier (vs 79% pour les 35+).  

« Les acquéreurs de la génération millennials savent mettre le digital au service de leur recherche immobilière mais cette appétence pour le digital n’est pas incompatible avec leur volonté d’être accompagné par un professionnel de l’immobilier pour mieux réussir leur projet en cours. » souligne Mathilde Voegtlé, Responsable des Etudes chez Logic-Immo.

Contacts Presse

Fichiers attachés

Sujet lié